Loading color scheme

Les premières initiatives de coopération intercommunale remontent au XIXème siècle avec la création des commissions syndicales pour gérer les biens indivis entre communes (1837) et des ententes intercommunales (1884).

Limités à l’origine à la satisfaction d’un objet unique, les syndicats intercommunaux ont vu leur champ d’intervention étendu à des objets multiples par l’ordonnance du 5 janvier 1959. Ce texte a également substitué la règle de majorité qualifiée à l’unanimité, facilitant ainsi les créations d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).

La loi du 12 juillet 1999, dite loi Chevènement, apporte un nouvel élan au processus de regroupement des communes autour d’un projet commun de développement et apparaissent alors, les communautés d’agglomération.

Dès 1962, apparaissent alors en Guadeloupe le premier syndicat intercommunal toujours existant le syndicat mixte de l’abattoir de Basse-Terre.

Les différences entre communauté de commune et d'agglomération

Les exigences juridiques qui diffèrent entre les communautés de communes et d’agglomération sont :

  • Le critère de seuil démographique : il n’y a pas de minimum pour la communauté des communes, alors que pour la communauté d’agglomération il est de 50 000 habitants
  • Le régime fiscal (qui peut être à fiscalité propre, à fiscalité additionnelle, …)
  • La dotation globale de fonctionnement (DGF) versée par l’Etat,
  • Les compétences qui peuvent être transférées par les communes membres.
Lire plus

Les EPCI en Guadeloupe

Les établissements publics de Coopération Intercommunale à fiscalité propre en Guadeloupe

Territoires

Populations

Communauté des communes de Marie-Galante

10 867

Communauté d’agglomération du Nord Grande-Terre (CANGT)

58 267

Communauté d’agglomération La Riviera du Levant

65 471

Communauté d’agglomération du Nord Basse-Terre (CANBT)

78 179

Communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbe (CAGSC)

80 163

Communauté d’agglomération Cap Excellence

101 163